Le mot du secretaire général de la CGT des agents du SDMIS 2020

 Emmanuel Macron annonce la fin de l’abondance pour les Françaises et les Français.

 

Lorsque l’on constate le délabrement de la sécurité civile, de la Santé et de l’Action Sociale qui subit un déchainement des politiques d’austérité depuis 30 ans, on se pose la question de quelle abondance parle-t-on pour notre Service Public !

 

Aujourd’hui les sapeurs-pompiers subissent une augmentation sans précédent d’interventions dans tous les secteurs, les urgences hospitalières ne sont plus en capacité de prendre en charge les victimes transportées, les bases aéronautiques ne fournissent pas le nombre d’avions et d’hélicoptères bombardiers d'eau nécessaire à la maîtrise des incendies., Sachant que le nombre de sapeurs-pompiers professionnels est en baisse depuis 10 ans et que dans le même temps le nombre d'interventions ne fait qu'augmenter, nous constatons que la baisse du nombre de sapeurs-pompiers volontaires qui étaient jusqu’à présent la variable d’ajustement face au manque d’effectif  de sapeurs-pompiers professionnels, révèle une véritable crise du volontariat, mettant en danger notre modèle de sécurité civile.

 

Bien évidemment la qualité du service Public rendu à la population n'est plus un objectif pour nos dirigeant. Pour ces gens-là la sécurité n'a pas de prix mais malheureusement elle a pour eux un coût, ce gouvernement ne se pose même pas la question de comment on en est arrivé là.

La CGT du SDMIS a la réponse : des années austérités et de casse des services publics.

 

Plus précisément les conditions de travail se dégradent dans les Services Incendies et Secours dans notre collectivité.

 

Nos salaires n’ont pas été augmentés de manière significative depuis plus de 20 ans, ne prenant pas en compte l’inflation. Le SMIC devient le salaire de référence pour une grande partie des personnels nouvellement embauchés.

 

L’abondance n’a jamais été de mise dans les secteurs de la sécurité civile, de la Santé et l’Action Sociale !

 

Ambulances avec 3 sapeurs-pompiers (avant c’était à 4) , baisse d’effectifs, augmentation du nombre d'interventions et des missions, catastrophes naturelles en augmentation exponentielles, inondations, tempêtes, méga feux, explosion de la misère sociale, agressions, voilà le quotidien de vos sapeurs-pompiers, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, weekend et jours fériés compris.

 

Et tout cela au même tarif : payés comme un lundi en journée, sans valorisation des heures de nuits, des week-ends et des jours fériés.

 

Nous sommes également victimes du délabrement de la Santé de l'Action sociale avec une atteinte aux urgences sans précédent grâce à la mise en place du forfait URGENCES, fermetures de lits et de services… Tout ça au détriment de la population !

 

Le scandale des EHPAD ne suffit pas à alerter les pouvoirs publics qui se moquent de la maltraitance institutionnelle qu’ils génèrent et qu’ils cautionnent au nom de l’argent roi, nous faisons un grand nombre d'interventions dans ces établissements ou nos anciens ne sont pas accompagnés dignement à cause du personnel sous payé, sous formé et en sous-effectif. Nous voyons bien la différence entre les établissements publics et privés… Une vie de travail pour finir dans des établissements ou la condition humaine n'est plus respectée car la rentabilité est plus importante !

 

Il faut exiger une réforme de la Sécurité civile afin de palier à tous les manques de moyens humains et matériels pour faire face aux risques quotidiens, aux situations exceptionnelles et calamiteuses que nous vivons ces dernières années. La situation chaotique actuelle est le résultat de dizaines d’années de désengagement de l’Etat, de suppression des dotations, de dénigrement du service public et de la protection civile en particulier ! Trop cher et pas assez rentable sans doute

 

Stop à l’abondance oui ! Mais à celle du patronat qui exploite le salariat pour engendrer des profits sur le dos de la santé et de la sécurité des Français.

 

Le secrétaire général Canale Brian.        

 

Syndicat CGT

du service Incendie et Secours du département du Rhône et de la Métropole de Lyon

19 Avenue Debourg

69007 LYON

06.51.18.43.50.